Vous étiez là, par dessus tous, dans la lumière. Moi, dans la foule, anonyme. La lumière rebondissait sur vous, aveuglant la lune, Vos jambes, on aurait dit de l’or. Votre silhouette se découpait dans la nuit. Vous lâchez les cordages. D’une poussée, vos jambes se détendent, et vos pieds quittent le trapèze.
Dans l’espace.
L’instant d’après, vous tournez sur vous-même pour attraper deux bras tendus arrivant face à vous.
Je jure qu’à ce moment, nos regards se sont croisés, et que vous m’avez souri.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

17 − 16 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.