En relisant ta lettre…

PRESENTATION

En relisant ta lettre est un concert épistolaire, une proposition acoustique et intimiste, mêlant textes et chansons sur le thème de la correspondance.
L’équipe est constituée en trio : une comédienne-chanteuse, une comédienne et un musicien.
C’est un spectacle conçu pour de petites jauges. Il trouvera sa place dans des lieux non-dédiés propices à la proximité avec le public et d’où émane une certaine intimité (appartements, jardins…)

NOTE D’INTENTION PAR ANGELIQUE ET SANDRINE

Nous nous sommes rencontrées lors d’un stage professionnel au TGP de Saint-Denis en 2012. Nous cherchions alors toutes deux à mêler textes et musique dans notre travail.
Très vite, nous avons nourri l’envie de construire ensemble un projet qui répondrait à notre quête.

Portées par notre intérêt commun pour l’écriture et la littérature, nous avons fait graviter nos recherches autour de plusieurs œuvres. Au fil de nos échanges, nous nous sommes aperçues que l’écriture épistolaire prenait une place toute particulière dans nos quotidiens respectifs. L’une comme l’autre chérissons ces rituels qui accompagnent le fait d’envoyer et de recevoir une lettre et partageons un attrait commun pour le papier, le timbre, l’enveloppe. Nous nous sommes rendues compte également que le choix de nos lectures s’orientait souvent vers des écrits se rapportant à la correspondance.
Parallèlement, nous avons beaucoup parlé de nos goûts musicaux et de l’importance que revêt à nos yeux les textes des chansons, comme un autre rapport à la littérature, à la poésie.

C’est ainsi que, peu à peu, nos intérêts communs ont pris la forme d’une envie commune de mêler correspondances et musique dans une forme courte destinée au public.

Avec la complicité de Damien Richard, nous avons procédé à une sélection de chansons françaises et anglophones (Leonard Cohen, Serge Gainsbourg, Tino Rossi…) qui évoquent l’écriture épistolaire.

Les textes que nous avons choisis sont extraits majoritairement de la littérature. Nous lisons et disons des lettres mais également des écrits liés à la correspondance (« Lettres à une musicienne » de Rainer Maria Rilke, « Belle du Seigneur » d’Albert Cohen…).
Nous nous intéressons à la correspondance papier mais aussi aux mails, textos et autres messages électroniques, à travers des témoignages d’anonymes. A nos yeux, ces nouvelles formes de relations épistolaires ne retirent rien à la charge émotive des échanges.

Petit à petit, nous nous sommes tous trois mis à rêver d’offrir au public la douceur et la tendresse d’un moment qui saurait rappeler le caractère intime et émotionnel de la lettre que l’on reçoit et de celle que l’on adresse.