Bon dieu d’bon don.

De mon vivant et depuis petite, j’avais eu beau fermer les yeux et demander à Dieu de ne pas venir me parler (à qui il veut il parle s’il veut, mais pas à moi, pitié) parce que j’en sentais les ravages possibles tout autant qu’il me faisait une peur bleue pas fleur bleue.
Hé bien, il est un fait certain, que de mon vivant et depuis petite, je cherchais (sans chercher) Dieu (puisqu’il ne vient que si on ne demande rien)
Mais pas un Dieu à barbe, barbant, bradé, mièvre et tout bonnement foireux, nan.
Un Dieu baroudeur, bravant les étoiles, sautillant sur terre sans bavure.
Un être étonnant qui vous réveille la nuit sans vous faire des petits avec tout plein d’envies.

Et puis boum, un mardi, voilà que Dieu saute sur mon chemin alors que je ne demandais rien.

Et là, j’avoue, le mercredi j’ai senti comme un flux intérieur mystérieux se répandre et s’étendre, pour ne pas dire s’étaler à tous les étages de mes viscères en passant par mes pieds et les quatre chemins du midi, toujours sans chercher rien.
Mais quand même, n’enjolivant jamais la réalité, parce que des années de pessimisme à la clé, je restai sidérée, persuadée depuis toute petite, que cette quête errante et aberrante n’avait comme seul et unique projet que de me propulser dans un perpétuel ailleurs, jusqu’au jour de cette fatidique fin des lendemains, j’ai nommé la mort.

Alors,
Ce fut bel et bien une « sacré » rencontre, et là, je passe rapidement en revue les bouts de peignoir dansant raides dans des doigts pas froids, les airs de piano joués au dessus des touches et les mots résonnant dans les os, un jour de pâtes à plat, patata…
Vive les nouilles…
« Les nouilles, les nouilles, oui mais les nouilles sautées ! » (A lire comme la chanson)

Bien évidemment, ayant travaillé longuement la question du Dieu et idéal de surcroît, il semblait qu’il ne devait être comme rien de son nom l’indique, il devait d’ailleurs ne pas être, ou oui pourquoi pas, s’habiller en rose tout en écrivant en vert tout en proposant un absolu total mais non totalitaire tout en fricotant avec le néant tout en sachant habiter un palais concret, tout en construisant à foison pour les enfermés du dehors tout en s’adaptant à la modernité et aux mondanités tout en batifolant joyeusement avec les damnés tout en s’échappant de la pestiférée réalité tout en distribuant à ne plus savoir compter tout en refusant la « beauté » du mirage tout en s’armant désarmé de toute une nudité tout en appuyant magnétiquement sur le plein des cœurs débordants…

Je continue parce que ce fut.
Tel quel et sans mémoire qui flanche.
Un étonnement que je garderais secret tout en me rattachant fermement et férocement à la terre, parce que je le rappelle au lecteur, j’avais demandé à Dieu de ne pas venir me parler (à qui il veut il parle s’il veut, mais pas à moi, pitié)

Il aura fallu un certain temps, déjà, pour se dire juste que non, Dieu ne s’était pas forcément trompé dans son casting du mardi, puisque Dieu aime tout le monde pourquoi pas moi, Dieu est tout amour et bienveillant et visionnaire alors éventuellement, peut être que sous le gros pull à manche longue que je portais à deux euros environ suivi du soutien gorges petit bateau total anti sex de chez les fripes, il aura entr’aperçu la si ( hiss et ho) « belle et fragile fêlure » de mon vivant que pourtant je m’évertue à ignorer merde ça aura raté j’eus été rattrapée moi qui je le rappelle, avait demandé à Dieu de ne pas me parler (à qui il veut il parle s’il veut, mais pas à moi, pitié)

Il fallu juste accepter l’idée qu’on en vienne à discuter confronter nos idées confondre nos lancées.

Il fallu du coup, éviter, dans un total désordre illimité : l’hallucination, l’explosion, l’implosion, la dislocation, la dissolution, la liquéfaction, la formolisation, l’abstention, l’abréaction, la momification, la ratification, l’adoration, la rébellion, la disparition, l’abnégation, la congestion, la constipation, l’ébullition, la sous estimation (pour)suivie de la sur estimation…

De cet électrochoc sismique interfrontal, tout ne pu être évité.

Ceci dit, aucune constipation et ça, c’est chouette.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

onze − huit =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.